Montserrat – Profil de pays

Montserrat – Profil de pays

[ImageInfoWidget background_colour=”#ffffff” is_reversed=”true” attached_image=”46618″]

Renseignements généraux

Nom officiel : l’Organisation des États des Caraïbes orientales (OECO)
Secrétariat : Castries, Sainte Lucie
Membres : Antigua-et-Barbuda, Dominique, Grenade, Montserrat, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie et Saint-Vincent-et-les-Grenadines.
Membres associés : Anguilla et les Îles Vierges britanniques
Superficie totale des terres : 2808 km2
Population : 598 000 (2010)
Devise : 2,70 dollar des Caraïbes orientales (ECD) = 1$US
Langues : anglais, patois français (Dominique et Sainte-Lucie)

[/ImageInfoWidget]

[ImageInfoWidget background_colour=”#eeeeee” attached_image=”46621″]

Renseignements politiques

Veuillez cliquer ici pour en apprendre davantage sur les pays membres[/ImageInfoWidget]

Renseignements économiques

Note : Données 2010 en dollars US, sauf indication contraire

Stabilité politique et économique

Dans les années 1980, la région de l’OECO a connu un taux de croissance économique relativement soutenu (5,9 % par année), grâce surtout au tourisme, aux exportations de bananes et aux investissements publics financés par une aide au développement. Cette période de croissance économique et été suivie d’un recul au début des années ’90. Au cours des la dernière décennie, la croissance a connu des variations considérables.

La petite taille de ces économies les rend particulièrement vulnérables aux forces imprévues : une catastrophe naturelle peut entraîner une récession et la reconstruction qui s’ensuit pourrait créer un boom. Leur vulnérabilité est aussi due en partie aux pratiques de production locales qui sont le reflet de préférences unilatérales établies de longue date avec quelques partenaires commerciaux. Au cours des dernières années, les taux de croissance ont été, en moyenne, de 3 à 4 % par année, bien que ceux-ci varient considérablement au sein même de ces pays. Au cours des dernières années, les états membres de l’OECO ont réussi à réduire leur dépendance à l’agriculture et à se diversifier vers des activités tertiaires, notamment le tourisme et les services financiers à l’étranger.

La crise mondiale financière et économique de 2008 a affecté négativement les économies des pays de l’OECO.  Les perspectives de reprise sont toutefois prometteuses et toutes les économies de l’OECO devraient émerger de la récession d’ici 2 à 5 ans.
Le climat politique actuel sur les Îles de l’OECO est relativement stable. Tous les états membres ont un régime démocratique et la participation aux élections est de plus de 80 %. Au cours des quatre dernières années, tous les états membres à l’exception de Sainte-Lucie, ont tenu des élections générales (Des élections doivent se tenir à Sainte-Lucie en 2011-2012).

En ce qui a trait à la sécurité, le Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI) n’a émis aucun avertissement officiel pour les voyages dans ces pays. Pour des renseignements détaillés et à jour sur la sécurité en voyage, veuillez consulter les Conseils aux voyageurs du MAECI sur le site : http://www.voyage.gc.ca/

Renseignements Commerciaux

Source : Industrie Canada – Données sur le commerce en direct 2010

Le rapport annuel de la Banque mondiale, Doing Business, classe les pays de 1 à 183 (1 étant le meilleur) en fonction de la facilité d’y faire des affaires. Le tableau suivant donne le rang des pays de l’OECO.

Le temps moyen requis pour expédier des marchandises de l’OECO est d’environ 13 jours, à un coût moyen estimé de 1 150 00 $US. On compte environ six formulaires pour compléter le processus d’exportation : un bordereau d’expédition, un connaissement, un certificat d’origine, une facture commerciale, une déclaration d’exportation douanière, et un certificat d’assurance.  Bien que les pays de l’OECO comptent de nombreux exportateurs fiables, les importateurs canadiens devraient être conscients que la corruption pourrait entrer en jeu lors des transactions d’affaires. Les entreprises canadiennes devraient bien se renseigner avant de transiger avec un exportateur, quel qu’il soit.

Le tableau suivant donne le rang de l’indice de corruption (lorsque celui-ci est disponible) pour les pays membres de l’OECO.

Débouchés commerciaux

Au cours des dernières années, les économies des pays de l’OECO ont connu une modeste croissance attribuable principalement aux services

, à l’agriculture et aux industries manufacturières. Le commerce extérieur demeure un élément critique dans la croissance et le développement socio-économique soutenus de ces économies. Les principales exportations sont : les épices, le sucre, les bananes, les fruits, les légumes, les produits du papier, les produits du savon, les vêtements, les appareils électriques, le tourisme et les services financiers. Le Canada demeure l’un des principaux marchés d’exportation pour ces pays. Les principales exportations de marchandises sont les produits du fer obtenus par la réduction directe du minerai de fer, le rhum, le homard et les langoustes, les fruits, les condiments et assaisonnements, les sauces et les préparations, les légumes et les biscuits.

Au cours des dernières années, l’OECO, qui fait partie du groupe régional plus large du CARICOM (Communauté des Caraïbes), a négocié un Accord de Libre-échange. Cet accord remplace l’Accord CARIBCAN, un accord commercial préférentiel non-réciproque qui accordait un accès en franchise de douane unilatéral aux marchandises admi

ssibles provenant des pays bénéficiaires des pays anglophones des Caraïbes, et ce, jusqu’en 2011.

L’ALÉ Canada-CARICOM est un accord de libre-échange bilatéral avec le CARICOM. Cette entente devrait apporter des bénéfices commerciaux dans de nombreux secteurs de l’économie canadienne, y compris les produits industriels (p.ex. les produits pharmaceutiques, les produits de métaux de base tels que l’acier, le fer et le cuivre ainsi que de l’équipement électronique), l’agriculture (p.ex. des frites, des côtelettes de porc, des légumes secs), et le poisson et les fruits de mer. Dans certains de ces secteurs, les tarifs CARICOM varient de 5 à 60 %. Un accord de libre-échange avec les CARICOM favoriserait un environnement des affaires plus sécuritaire et prévisible pour les investissements canadiens dans le CARICOM et améliorerait l’accès au marché pour les fournisseurs de services canadiens (p.ex. les services professionnels et la recherche et le développement.

Les offres à l’exportation de TFO

TFO Canada offre un service d’information pour les importateurs canadiens qui sont intéressés à s’approvisionner auprès d’économies émergentes et en développement telles que l’OECO. Ceci inclut des conseils pratiques sur la façon de s’approvisionner auprès de pays exportateurs en développement, un bulletin d’information sur mesure, et une base de données dans laquelle on peut effectuer des recherches pour trouver des nouveaux produits ou fournisseurs. Pour accéder aux profils des fournisseurs de l’OECO et leurs coordonnés, veuillez visiter la base de données de TFO en ligne à : https://staging.tfocanada.ca/supply.php

Groupe d’industrie Nombre de fournisseurs dans la base de données TFO
Produits alimentaires et breuvages 9
Textiles 1

Contacts :

Service de liaison avec les Caraïbes orientales à Toronto
200, chemin Consumers, bureau 409
Toronto (Ontario)  M2J 4R4  Canada
Téléphone : (416) 222-1988

Liens aux documents cités :

Liens aux aux autres sources d’information: